Les différentes structures d’insertion par l’activité économique

Jeudi 2 Décembre 2010

Les différentes structures d’insertion par l’activité économique
Les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) proposent aux personnes les plus éloignées de l’emploi une première étape de réinsertion par le travail. Ils peuvent être organisés ponctuellement (chantier de rénovation du bâtiment par exemple) ou de manière permanente. Les ACI assurent un accompagnement social (accès aux droits en matière de santé, de logement…) et professionnel en chantier d’insertion ainsi que des formations. Les salariés sont embauchés en contrat unique d’insertion et quelquefois sous le statut de stagiaire de la formation professionnelle.

Les associations intermédiaires (AI) embauchent des personnes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle pour les mettre à disposition de particuliers, d’associations, de collectivités territoriales et d’entreprises. Elles assurent l’accompagnement de leurs salariés. Les emplois proposés se situent souvent dans le nettoyage, les services aux personnes, l’entretien (locaux, espaces verts). L’activité des AI repose sur une double contractualisation : un contrat de travail et un contrat de mise à disposition avec l’utilisateur. Les AI ont également une mission d’accueil.

Les entreprises d’insertion (EI) sont inscrites dans le marché concurrentiel. Elles emploient des personnes en difficulté auxquelles elles assurent un accompagnement socioprofessionnel sur plusieurs mois, voire plusieurs années. L’objectif est de leur permettre de retrouver une plus grande autonomie pour l’accès à une formation qualifiante et/ou un emploi. Les EI sont souvent spécialisées dans des secteurs professionnels. Leurs salariés sont en principe engagés dans une des dernières étapes d’un parcours d’insertion.

Les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI) proposent des offres d’emploi du secteur du travail temporaire à des personnes en fin de parcours d’insertion, souvent dans la manutention, le bâtiment, l’entretien et le nettoyage. Elles fonctionnent comme des agences d’intérim, mais assurent en plus un accompagnement de la personne en insertion au sein de l’entreprise et dans sa vie quotidienne, ainsi que des actions de formation.

Les groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ) organisent des parcours d’insertion et de formation au bénéfice de publics en difficulté : jeunes sans qualification, chômeurs de longue durée, allocataires du RSA. Les GEIQ sont pilotés par des employeurs, le plus souvent des PME. Chaque GEIQ recrute des salariés principalement en contrat de professionnalisation et met en place des parcours d’insertion et de qualification avec un tutorat et un accompagnement socioprofessionnel au sein des entreprises adhérentes.

Les régies de quartier recrutent des personnes en difficulté habitant leur quartier ou territoire et leur assurent un parcours d’insertion à partir d’un contrat classique ou un contrat d’insertion. Ces associations développent des services de proximité comme le nettoyage d’immeubles, l’entretien des espaces verts, le petit bricolage, les courses ou l’animation de quartier.




positions


Vidéos

  • Management
  • Diversité
  • Videos Egalité
  • Insertion

Publications