Quand les TPE-PME s’offrent un docteur : l’expérience d’Arwen Technologies

Jeudi 7 Juin 2012

Coupés du monde et de la réalité, peu rompus à la vie en entreprise et à son rythme, trop difficiles à manager, destinés à la seule recherche académique… les préjugés à l’égard des docteurs ont la vie dure et peu de chefs d’entreprise osent se risquer à embaucher de tels profils, trop atypiques. Pourtant, attirer de nouveaux talents reste crucial pour la créativité et l’agilité des entreprises : les docteurs qui bénéficient d’un profil singulier mais très complet, peuvent alors faire la différence, y compris dans les TPE-PME.
Norma Serra, Dirigeante d’Arwen technologies, TPE de conseil informatique en entreprise revient sur les raisons qui l’ont poussée à recruter un docteur et les bénéfices qu’elle y voit.


Quand les TPE-PME s’offrent un docteur : l’expérience d’Arwen Technologies






Secteur : Informatique
Activité : Infogérance, réseaux et télécommunication, développement web et hébergement
Effectif : 8 personnes
C
A : 400K€ en 2011

En quelques mots, décrivez-nous le contexte dans lequel évolue votre entreprise et les principales difficultés que vous rencontrez ?

Entreprise d’informatique et de conseil, le recrutement est chez nous une priorité et une difficulté. Trouver les bons candidats et les convaincre de venir chez nous est toujours une gageure et nous avons beaucoup d’échecs dans ce domaine…


Aviez-vous une idée précise de vos besoins ? Quels étaient vos critères de recrutement et votre niveau d’exigence?

Nous demandons tellement à nos salariés que je suis presque gênée de vous le détailler : intelligence et donc capacité à prendre en charge des problématiques nouvelles, capacité de travail, rapidité d’exécution, implication, excellent relationnel avec nos clients mais également en interne, bonnes capacités de rédaction, grande compétence dans les technologies de l’information…

Pour le poste d’Olivier je recherchais a priori un ingénieur. Recruter un docteur me semblait hors de question car je réunissais mentalement tous les stéréotypes concernant les docteurs : coupés du monde et de la réalité, peu rompus à la vie en entreprise et à son rythme, trop difficiles à manager, destinés à la seule recherche académique… j’ajouterai dans le panorama hyper spécialistes (Les chevaliers paysans de l’an mille au lac de Paladru…) alors que notre structure compte-tenu de sa taille et de son domaine -les technologies de l’information- avait besoin de généralistes capables d’intégrer rapidement des notions nouvelles.

 

Vous avez finalement embauché un docteur, qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?

C’est un parcours en trois temps :

-          Le Medef Lyon Rhône nous a proposé une matinale sur les docteurs en entreprise*, ce qui a fait évoluer le stéréotype ambulant que j’étais,

-          Puis une consultante avec laquelle nous travaillons régulièrement, Marie-Françoise Morizur, qui accompagne des chercheurs, m’a permis de faire le lien avec l’Université de Lyon et de présenter notre projet de recherche,

-          Mais c’est l’entretien que j’ai eu avec Olivier qui a été  déterminant. Il est arrivé dans une période où j’étais personnellement très chargée, et j’ai découvert un être humain avant tout, soucieux de rendre service et d’être à mes côtés. Alors que je n’envisageais le recrutement pour notre projet de recherche qu’au second semestre 2012, je l’ai rencontré un jeudi de janvier, l’ai rappelé le vendredi et lui ai proposé d’intégrer l’entreprise le lundi suivant pour travailler à mes côtés.


Qu’est-ce que votre docteur vous apporte au quotidien ?

Outre les qualités que nous demandons à tous et que j’ai citées, Olivier nous apporte sa capacité à travailler en mode projet, sa persévérance… et sa bonne humeur.

Il nous a parlé dans les premiers jours de son arrivée de sa soutenance de thèse qui a eu lieu en décembre dernier. Je lui ai demandé s’il avait eu peur, et voici sa réponse : « Non, pas du tout, au contraire. J’ai fait du sport à haut niveau, et la soutenance c’est un peu pareil. On se prépare pendant longtemps, on s’entraine, et la soutenance c’est comme le jour du match. J’étais super entrainé, à fond pour jouer le match ».

Et c’est vrai, notre Olivier a les qualités de battant d’un sportif de haut niveau ! Il n’a pas peur, et il ne lâche pas facilement. En particulier sur notre projet de recherche qui doit se faire avec des interlocuteurs éloignés du monde de l’entreprise, ce n’est pas facile de les convaincre, et Olivier a, par sa ténacité, décroché des contacts qui sont déterminants pour la réussite du projet alors que moi-même je commençais à douter…

Cette expérience, c’est la preuve que les docteurs sont accessibles à toutes les entreprises, y compris les TPE et PME.

Un conseil pour ne pas passer à côté d’une pépite? Peut-être simplement mettre de façon explicite dans l’offre d’emploi que le poste est également accessible aux docteurs, et les recevoir…

* Le Medef Lyon-Rhône et l’Université de Lyon (UdL) ont organisé avec le soutien de l’IAE Lyon - Université Jean Moulin Lyon 3, les 1ères Rencontres Futurs Doctorants - Entreprises le 28 février dernier. Objectif commun : quel que soit le domaine scientifi que (sciences de la vie et de la matière, sciences humaines et sociales), il s’agit de développer des synergies coopératives entre l’entreprise et l’université et de favoriser l’insertion du doctorant au sein de l’entreprise. Après une matinée d’information, de témoignages et d’échanges destinée à tous les étudiants de Master 2 et aux professionnels, le forum Doctor’Entreprise a permis une mise en relation des entreprises et des candidats sur des missions de recherche identifiées en amont.

 

Entretien avec Norma Serra, PDG d’Arwen technologies
Paris, le 23 mai 2012









 










 











 











 





positions


Vidéos

  • Management
  • Diversité
  • Videos Egalité
  • Insertion

Publications